Image default

Comment obtenir un statut d’intermittent du spectacle ?

Un intermittent du spectacle est une catégorie socioprofessionnelle constituée des artistes et techniciens qui travaillent dans le monde du spectacle, du cinéma, de l’audiovisuel ou encore de la musique. En 2019, ses professionnels étaient estimés à 276 000 en France, un chiffre en croissance depuis la mise en place de ce type de régime 1936. Alors, comment obtenir le statut d’intermittent du spectacle ?

Intermittent du spectacle, qui est concerné ?

L’intermittent du spectacle est un régime spécial créé pour les artistes et techniciens travaillant dans les domaines du spectacle, de la musique, du cinéma, etc. Ce régime permet à cette catégorie de travailleurs de pouvoir bénéficier d’un régime d’indemnisation au chômage. Pour ce faire, il faut impérativement résider sur le territoire français, être âgé de moins de 67 ans et être inscrit en tant que demandeur d’emploi à pôle emploi. Mais, au-delà de ses critères basiques, il y a certaines caractéristiques qu’il faut également respecter.

L’intermittent du spectacle, quels sont les critères pour obtenir son indemnisation ?


Pour bénéficier d’une paie intermittent du spectacle, il faut absolument respecter des critères cités ci-haut, mais aussi pouvoir justifier de 507 heures de travail par an. Ce paramètre fondamental est la raison pour laquelle les intermittents doivent s’échiner pour débaucher des contrats à durée déterminée dits d’usage (CDDU). Ils sont alors rémunérés par leur employeur à l’heure ou au cachet.

L’employeur délivre à l’intermittent une Attestation Employeur Mensuelle (AEM) pour qu’il puisse non seulement comptabiliser ses heures, mais aussi bénéficier de son cachet. Mais l’AEM n’intervient que dans les cas où l’employeur est un professionnel de l’événementiel. Dans le cas contraire, l’intermittent a droit à une Déclaration Unique Simplifiée (DUS). Ce document est disponible auprès du GUSO (Guichet Unique du Spectacle Occasionnel.

Quel que soit le cas, la paie intermittent de base est de 43 cachets par an, lorsque l’intermittent justifie ses 507 heures de travail à l’issue de son dernier contrat. En cas d’obtention d’un nombre important de CDD, il est conseillé de ne pas dépasser la norme des 208 heures maximum fixées par la loi.

Autres articles

Poste intérimaire : comment constituer un CV ?

Tamby

Que faire après son DCG ?

Claude

Comment une éducation Montessori peut-elle aider votre enfant?

Allumette

Se former sur le shooting photo de naissance : comment réussir le posing ?

Laurent

Quelle formation pour devenir un expert des chiffres ?

Claude

Rédiger un CV en anglais : ce qu’il faut absolument connaître

Tamby