Image default
Finance & Entreprise

Volkswagen vise le tout électrique et se détourne du diesel

Le groupe Volkswagen se tourne vers les voitures électriques. Selon les dires de son patron, cette entreprise constructeur a fixé un objectif qui consiste à produire 22 millions de voitures zéro émission pendant une décennie. Ainsi, il annonce un investissement de 44 milliards d’euros, et 50 % de la somme sera dédiée à l’électrique. D’ici 30 ans alors, cette firme allemande entend une mise à terme définitif à la mécanisation à essence.

Volkswagen s’oriente vers le tout électrique

Pour cette entreprise, le basculement assez progressif vers le tout électrique affecte tous segments de produit du groupe et toutes les marques, depuis les références Volkswagen aux utilitaires d’Audi tout en passant par les véhicules de luxes et les voitures sportives de Porsche. Alors, à l’horizon, le catalogue sera riche en moyennes de 70 voitures électriques. Pour escorter l’extension de sa flotte, cette entreprise va jusqu’à déployer de gros efforts sur l’autonomie des batteries.

Par ailleurs, il projette aussi d’ouvrir 400 points de recharges dispersées sur les autoroutes et routes européennes, avec le quart bien sûr sur le territoire allemand. Ainsi, le défi est de taille sur l’épaule de cet ancien leader du diesel, en plus que le marché connait une difficulté à décoller vraiment pour l’instant à cause des problèmes de coûts d’achat et d’autonomie, surtout pour les acquéreurs qui doivent user du prêt auto Macif pour le financement. Cependant, le poids de ce groupe allemand dans l’industrie d’automobile va entraîner un réel changement au cours des années à venir.

Une volte-face à cause du « dieselgate »

La tournure de direction qu’a prise Volkswagen est vraiment surprenante, mais c’est le scandale sur le diesel qui a surtout poussée cette firme à prendre cette direction. En effet, les aveux de trucages d’environ 11 millions de voitures pour cacher le degré réel des émissions de gaz qui polluent ont coûté plus de 30 milliards d’euros à l’entreprise accompagnés de deux procès d’envergure en cours outre-Rhin. Avec une marge qui est réduite à 3,8 % en 2018, les chiffres s’en ressentent nettement très en dessous des prémonitions.

Et cela, en ne comptant pas la forte hausse des coûts de mise en affinité avec les nouvelles normes antipollution qui sont considérablement endurcies, et les objectifs de fabrication qu’imposent les pouvoirs publics. Avec un tel contexte, l’électrique parait la meilleure solution à prendre, et cela répond aux exigences et aux besoins des clients, comme le montrent plusieurs études.

Cependant, il reste encore que cette nouvelle stratégie implique des annulations massives d’emplois avec une réduction de 30 % environ d’intervention humaine requise pour fabriquer une voiture électrique si on compare avec l’ancien modèle à essences. 5 000 et 7 000 postes sont alors sur la sellette.

Related posts

Conseils sur les démarches à suivre pour demander un financement

Laurent

Débuter dans les passations de marché, comment en obtenir ?

Laurent

Crédit personnel sans justificatif: bonne ou mauvaise idée?

Tamby